Stockage des effluents au champ

Stockage des effluents au champ

Le stockage au champ est une alternative économique au stockage d’effluents en fumière. Cependant, il est nécessaire de bien connaitre les conditions requises et les dispositions pratiques qui s’y appliquent. Nous vous les rappelons ci-dessous.

Quels effluents peuvent être stockés au champ ?

Seuls certains effluents peuvent être stockés au champ :

  • Les fumiers compacts non susceptibles d’écoulement : fumiers de bovins, porcins, ovins, caprins… ayant subi un stockage d’au moins 2 mois sous les animaux ou sur une fumière et sans risque d’écoulement vers le milieu naturel, ce sont majoritairement les fumiers de litières accumulées.
  • Les fumiers de volailles non susceptibles d’écoulement.
  • Les fientes de volailles séchées avec une teneur en Matière Sèche supérieure à 65%.

Quelles sont les règles à respecter ?

  • L’effluent doit tenir en tas sans écoulement de jus et ne doit pas être mélangé avec d’autres produits aux caractéristiques différentes.
  • Le volume du dépôt doit correspondre aux quantités nécessaires à la fertilisation de la parcelle réceptrice.
  • Le tas doit être disposé de manière continue.
  • Le dépôt bout de champ ne doit pas être source de nuisances.
  • La durée de stockage ne doit pas dépasser 9 mois, les dates de dépôt du tas et de reprise pour l’épandage sont indiquées dans le cahier d’enregistrement des pratiques.
  • Le retour d’un dépôt sur un même emplacement n’est possible qu’après un délai de 3 ans.
  • Entre le 15 novembre et le 15 janvier, l’une des trois conditions doit être respectée :
    • Faire un dépôt sur une prairie,
    • Ou mettre en place sous le tas un lit d’environ 10 centimètres d’épaisseur de matériau absorbant dont le rapport C/N est supérieur à 25 (comme la paille),
    • Ou couvrir le tas.

A ces règles s’ajoutent les particularités suivantes selon le type de fumier stocké.

  • Fumiers compacts non susceptibles d’écoulement :
    Le dépôt est autorisé, sur prairie, sur culture implantée depuis plus de 2 mois ou sur CIPAN développée, sur lit d’environ 10 cm de matériau absorbant dont le rapport C/N >25 (paille) et le tas, disposé en cordon, ne doit pas dépasser 2,5 m de hauteur.
  • Pour les fumiers de volailles non susceptibles d’écoulement :
    Le tas doit être conique, ne pas dépasser 3 m de hauteur et être couvert (paille ou bâche).
  • Pour les fientes de volailles séchées à plus de 65% de MS :
    Le tas doit être couvert par une bâche imperméable à l’eau et perméable aux gaz.

Quelles sont les distances à respecter pour le stockage en bout de champ ?

1 : Pour les captages d’eau potable, il est important de prendre connaissance des dispositions particulières définies dans la DUP (Déclaration d’Utilité Publique) relative au captage concerné.
2 : Distance portée à 500 m des zones piscicoles pour les fumiers issus d’une ICPE (Installation classée pour la Protection de l’Environnement).

Qui peut contrôler ?

La police de l’Eau (DDT), le service des installations classées (DDPP) peuvent être amenés à réaliser des contrôles des stockages au champ via un contrôle satellite ou directement sur place et à verbaliser le cas échéant.

Les conseillers Spécialisés Bâtiment-Environnement d’Avenir Conseil Elevage peuvent faire le point sur la règlementation qui s’applique à votre exploitation.

Télécharger le contenu de cet article.